Statement / Déclaration


(la version française se trouve plus bas)

As part of documenta fifteen, the collective Archives des luttes des femmes en Algérie has for several days found itself caught up in a polemic related to a digital archival document in our exhibition: a 1988 issue of the feminist Algerian women’s journal Présence de femmes that deals with Palestine. The artists in question are Burhan Karkoutly (1933-2003) and Naji Al-Ali (1937-1987). We regret that their illustrations have elicited misunderstanding and misinterpretation on the part of journalists and visitors who have detected antisemitism in images critical of the Israeli army, not of Jews as individuals or as a community. Faced with accusations of antisemitism concerning this archival material, we would like to set the record straight and provide some points of clarification with respect to our approach and the historical context in which this document was produced, by a group of Algerian academics and militants at the end of the 1980s.

Archives des luttes des femmes en Algérie is an independent research project launched in 2019, amidst the Algerian popular uprising (the hirak), with the ambition of constituting a digital, open-access archive of the women’s movement in Algeria from the moment of independence in 1962 to the present. By gathering together digital copies of documents produced by women’s and feminist associations and collectives, we aim to introduce a history that has long been marginalized and to make available hitherto little-known and inaccessible resources. Our objective is to furnish the documentation necessary for the analysis, understanding, and critique of women’s mobilizations for emancipation and equal rights throughout the history of contemporary Algeria. The project is led by a collective of women archivists and doctoral students in the social sciences, in collaboration with researchers in other fields and in the art world.

In our space at the Fridericianum (“Fridskul”), we chose to revisit a particularly dense and prolific moment in the history of the Algerian women’s movement, from 1988 to 1993. To narrate this period, we had recourse to different media: videos and photographs of meetings and demonstrations organized by women in the 1980s and 1990s, filmed interviews, and a table where visitors can consult reproductions of various archives.

The issue of Présence de femmes dedicated to Palestine is the only document from the year 1988 that we have so far discovered and which was presented on the table. Présence de femmes was a journal founded in early 1984 by the Atelier de réflexion sur les femmes algériennes (ARFA), a group of Algerian academics and militants that formed part of the association Hiwar (“dialogue” in Arabic). The founders of the journal explained that it was the “debates and setbacks during the discussion over the Family Code (the Personal Status law) and its adoption by the National Assembly” that had “provoked the desire to do something concrete.” They thereby set out to conduct research on women across the fields of literature, the arts, and the social sciences, and to write and to support the writing of other girls and women. 

The 1988 issue of Présence de femmes was published the same year as the proclamation of an independent Palestinian state by the Palestine Liberation Organization (PLO), which met in Algiers — where it was based in exile — in November 1988. Written in Arabic and entitled “Bells of Return,” the issue’s cover features a drawing by the Syrian artist Burhan Karkoutly of a Palestinian family: a woman, a man, and a child. The issue forthrightly supports the Palestinian people and Palestinian women. It includes contributions from writers and poets on Palestine and the Palestinian resistance, as well as writings on the Algerian cultural and artistic scene of the period. For 1988 was also an important year in the history of independent Algeria, as a revolt that October played a central role in the democratic opening that would follow in February 1989. The authors in Présence de femmes affirm their desire to participate in the incipient “cultural renaissance.” Like other documents presented to visitors in our exhibition space, this issue was conceived by a group of Algerian women as part of their struggle not only for equality between men and women but against discrimination, racism, and oppression in all forms. It was important for us to display it in the space because it testifies to the transnational and intersectional character that the political engagement of these women’s groups could take, and the transnational solidarities that existed at the time. In the same spirit, we exhibited documents and photographs – visible in the slide carrousel – of women’s mobilizations against the Gulf War in 1991 and in support of the Iraqi people and Iraqi women.

Karkoutly’s images are taken from a book printed in the 1980s, a compilation of short stories by the renowned Palestinian novelist Ghassan Kanafani entitled Palestine’s Children. Karkoutly was commissioned to illustrate what became a famous book in the Arab world. The drawings that are currently being misinterpreted in German press initially accompanied two of the stories therein: the first, written in 1969, recounts a scene prior to the Nakba, in which Zionist militias detain and brutally kill a group of Palestinians while forcing a child to witness the event. Massacres committed by Zionist militias have been amply documented, such as by Israeli historians Ilan Pappé and Benny Morris. The second drawing by Karkoutly accompanies a story by Kanafani about the exodus of Palestinians during the Nakba. The caricature by Naji Al Ali – who was known to be critical not only of the Israeli military but also corrupt Arab regimes and the PLO itself – depicts the Palestinian popular uprisings leading to 1987. It shows the resilience and strength of the movement in fighting the Israeli military and the important role of Palestinian women; it also illustrates the complicity of Arab states with the Israeli military.

As documenta stated, the 1988 issue of Présence de femmes was briefly removed from the exhibition about three weeks ago for a more in-depth review, in the course of which it was determined that there are no depictions of people of the Jewish faith but rather of Israeli soldiers. The Star of David, while clearly a Jewish symbol, here identifies the Israeli military via its national flag. The child with his hands behind his back next to the woman kicking the soldier apparently refers to a well-known Palestinian cartoon (Handala) as a critique of mistreatment by the military. As a result of this review, the material has been reinstated in the exhibition. Documenta stated that there will be no further vetting of the exhibition for antisemitic motifs.

The fact that we did not specify the relevant historical context earlier is explained by an approach and commitment we adopted from the outset. We carry out the work of archivists and give access to documents that we digitize in their totality, in unedited form – that is to say, without any manipulation or censorship of the content, confining our interventions to basic information that allows for each document to be identified. Through these documents, we make available a whole intellectual, militant, and political undertaking of the 1980s and 1990s. These are historical documents that should be understood as such, presented in an exhibition that seeks to give access both to a fonds of digital archives and a method of archival curation. It is out of the question for us to censure or conceal a document due to its content or the political opinions it expresses, which would go against our ethical principles and the values for which we strive: the sharing and free circulation of documents and knowledge. Our project is not only historiographical and documentary, but also pedagogical and critical. The reproduction of the documents presented in our space at the Fridericianum – the originals belong to their owners – allow visitors to peruse them, to flip through them. Everyone is free to pick them up, to investigate them, to reappropriate them. All the same, we are providing these pieces of information and contextual background to the public, in the hope that they will edify and help to avoid further confusion and gratuitous mix-ups.

If we can understand that these illustrations have given rise to misunderstanding, we remain dismayed by the quantity of articles associating the Archives des luttes des femmes en Algérie collective, as well as artists like Buhran Karkoutly and Ali Al Naji and the journal Présence de femmes, with baseless and defamatory accusations of “antisemitism.” The conflation of criticism of the Israeli occupation with antisemitism in connection with the Présence de femmes illustrations must cease. Furthermore, we note that none of the media outlets involved in this campaign has addressed the work that we have been doing for more than three years with Archives des luttes des femmes en Algérie, nor the approach of our collective or the history that we are trying to bring to light. This way of going about things not only threatens to harm our initiative and our work; it puts us personally in danger in a context in which multiple artists and collectives participating in documenta have been attacked or threatened (see our collective statement of July 27, 2022, “Censorship Must be Refused: Letter from Lumbung Community”). We firmly condemn this irresponsible agitation and rush to sensationalize.

Despite everything, we are pleased to participate in this edition of documenta, and we intend to do so right to the end. We express our support to Ruangrupa and salute the work they have done for this exceptional 15th edition of documenta. Thanks also to the artists and collectives for their solidarity.

Archives des luttes des femmes en Algérie, August 2022.

 

Pages of “Présence de femmes” (Women’s presence) journal, special issue dedicated to Palestine (in Arabic), Algiers, 1988. Drawings by Syrian artist Burhan Karkoutly and Naji Al Ali. Courtesy of C. Brac de la Perrière.

Français

Dans le cadre de la documenta, le collectif Archives des luttes des femmes en Algérie se trouve impliqué depuis quelques jours dans une polémique liée à un document de notre fonds d’archives numérique visible dans notre exposition : un numéro de la revue algérienne féminine et féministe Présence de femmes datant de 1988 et portant sur la Palestine. Les auteurs de ces illustrations sont les artistes Burhan Karkoutly (1933-2003) et Naji Al-Ali (1937-1987). Nous regrettons que ces illustrations fassent l’objet d’incompréhensions et d’interprétations erronées de la part de médias et de visiteurs qui y ont vu des représentations antisémites, alors qu’il s’agit d’illustrations critiques envers l’armée israélienne, et non pas envers les Juifs en tant que personnes ou communauté. Face à ces accusations d’antisémitisme, qui concerne cette archive, nous souhaitons rectifier les choses et apporter des clarifications ainsi que des éléments de compréhension concernant notre démarche et le contexte dans lequel le dit document a été produit à la fin des années 1980, par un groupe d’universitaires et de militantes algériennes. 

Archives des luttes des femmes en Algérie est un projet de recherche indépendant lancé en 2019 lors du soulèvement populaire algérien (dit hirak), dont l’objectif est de constituer une archive numérique en libre accès du mouvement des femmes en Algérie depuis l’indépendance en 1962 à nos jours. À travers la collecte numérique de documents produits par des associations et des collectifs féminins et féministes, nous entendons faire connaître une histoire restée longtemps marginalisée et donner accès à une documentation jusque-là inaccessible et peu connue. Notre but est de fournir la documentation nécessaire à l’analyse, à la compréhension et à la critique des mobilisations de femmes pour leurs droits et leur émancipation à travers l’histoire de l’Algérie contemporaine. Le projet est mené par un collectif de chercheuses doctorantes en sciences humaines et d’archivistes, et collabore avec différentes personnes appartenant aux champs de la recherche et des arts. 

Dans notre espace au Fridericianum (dit Fridskul), nous avons choisi de relater une séquence particulièrement dense et prolifique de l’histoire du mouvement des femmes algériennes, entre 1988 et 1993. Pour raconter cette période, nous avons utilisé différents médiums : vidéos et photographies des rencontres et des manifestations organisées par les femmes dans les années 1980 et 1990, entretiens filmés et une table sur laquelle nous avons mis à disposition des visiteurs diverses reproductions d’archives. 

Le numéro de la revue Présence de femmes consacré à la Palestine est le seul document de l’année 1988 que nous avons à ce jour retrouvé et qui est présenté sur cette table. Présence de femmes est une revue qui fut fondée au début de l’année 1984 par un groupe d’universitaires et de militantes algériennes, l’« Atelier de réflexion sur les femmes algériennes » (ARFA). Ce groupe était intégré à l’association Hiwar (« dialogue », en arabe). Les fondatrices de la revue expliquent que ce sont les « débats et les reculs au moment de la discussion du Code de la famille (Personal Status Law) et de son adoption par l’Assemblée nationale » qui ont « provoqué le désir de faire quelque chose de concret ». Leur but était alors de faire des recherches sur les femmes à travers les champs de la littérature, des arts et des sciences humaines, écrire et aider de jeunes filles et des femmes sur la voie de l’écriture.

Le numéro Présence de femmes de 1988 est édité la même année que la proclamation de la création d’un État Palestinien indépendant par le Conseil national de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui se réunit à Alger – où elle est en exil – en novembre 1988. En langue arabe et intitulé « Les cloches du retour », le numéro est illustré sur sa couverture d’un dessin de l’artiste syrien Burhan Karkoutly représentant une famille palestinienne, une femme, un homme et une enfant. Ce numéro se veut un soutien franc au peuple palestinien et aux femmes palestiniennes. Il regroupe des contributions d’écrivains et de poètes sur la Palestine et la résistance des Palestiniens, ainsi que des écrits portant sur l’actualité de la scène culturelle et artistique algérienne de cette époque. Car 1988 est aussi une année importante pour l’histoire de l’Algérie indépendante puisque c’est en Octobre 1988 qu’a lieu une révolte qui va jouer un rôle central dans l’ouverture au multipartisme qui suivra en février 1989. Les autrices de Présence de femmes disent ainsi vouloir accompagner la « renaissance culturelle » alors en cours. Comme d’autres documents mis à la disposition des visiteurs dans notre espace, ce numéro a été réalisé par un groupe de femmes algériennes dans le cadre des actions qu’elles ont mené pour l’égalité entre les hommes et les femmes mais aussi contre toute forme de discrimination, de racisme et d’oppression. Il était important pour nous de le montrer dans l’espace car il atteste du caractère transnational et intersectionnel des engagements que pouvaient prendre ces groupes de femmes, et des solidarités transnationales qui existaient alors à cette époque. Dans le même sens, nous avons ainsi mis à disposition des documents et des photographies – visibles dans le carrousel de diapositives – des mobilisations des femmes contre la guerre du Golfe et en soutien au peuple Irakien et aux femmes Irakiennes en 1991. 

Les illustrations de Karkoutly sont initialement issue d’un livre imprimé dans les années 1980, qui regroupe des nouvelles du célèbre romancier palestinien Ghassan Kanafani. Le livre s’intitule : “Les enfants de la Palestine”. Karkoutly a été chargé de réaliser les illustrations de ce qui deviendra un livre célèbre dans le monde arabe. Les deux dessins faisant l’objet de mésinterprétations dans les médias allemands correspondent à deux histoires dans le livre en question. L’une, écrite en 1969, raconte un épisode antérieur à la Nakba au cours duquel des milices sionistes ont arrêté et tué brutalement un groupe de Palestiniens, forçant un enfant à en être témoin. Les massacres commis par ces milices sionistes ont été documentés par des historiens tels qu’Ilan Pappe et Benny Morris. Le deuxième dessin de Karkoutly fut commandé pour une histoire de Kanafani portant sur l’exode des Palestiniens pendant la Nakba. La caricature de Naji Al Ali – connu pour sa critique non seulement de l’armée israélienne, mais aussi des régimes arabes corrompus et de l’OLP elle-même – représente les soulèvements populaires palestiniens qui ont conduit à 1987. Elle montre la résilience et la force du mouvement dans sa lutte contre l’armée israélienne et l’importance du rôle des femmes palestiniennes dans cette lutte ; elle illustre également la complicité des régimes arabes avec l’armée israélienne.

Comme l’a indiqué la documenta, le numéro de 1988 de la revue Présence de femmes a été brièvement retiré de l’exposition il y a environ trois semaines pour être étudié de manière plus approfondie. Il a été déduit que ce document ne contient pas de représentations de personnes de confession juive mais celles de soldats israéliens. L’étoile de David, bien qu’étant clairement un symbole juif, fait dans ces dessins référence à l’armée israélienne, puisqu’elle fait partie du drapeau de cet État. L’enfant, les mains derrière le dos, à côté de la femme donnant un coup de pied au soldat, est une référence à un personnage palestinien bien connu (Handala). À la suite de cette projection, le matériel a été réintégré dans l’exposition. La documenta a déclaré qu’il n’y aura pas d’autre examen de l’exposition pour motif antisémite.

Le fait que nous n’ayons pas précisé ce contexte historique plus tôt s’explique par notre démarche et notre parti pris depuis le début de ce travail. Nous effectuons un travail d’archivistes et donnons accès aux documents que nous numérisons dans leur totalité et dans une forme brute, c’est-à-dire sans intervenir dessus ni en censurer le contenu et en se contentant de livrer les informations de base permettant de répertorier chaque document. À travers ces documents, nous donnons accès à toute une production intellectuelle, politique et militante des années 1980 et 1990. Il s’agit de documents d’histoire qui doivent être appréhendés comme tels, présentés dans le cadre d’une exposition qui entend donner accès à un fonds d’archives numériques et à une pratique de collecte des archives. Il n’est pas question pour nous de censurer ou de cacher un document en raison de son contenu et des opinions politiques qu’il véhicule, cela irait à l’encontre de notre éthique et des valeurs de partage et de libre circulation des documents et des savoirs pour lesquelles nous œuvrons. Notre projet est à vocation historiographique et documentaire, mais aussi pédagogique et critique. Des reproductions de ces documents sont présentées dans notre espace au Fridericianum – les originaux appartiennent à leurs détentrices -, permettant ainsi aux visiteurs de les parcourir, de les feuilleter. Chacun est donc libre de se saisir de ces documents, d’effectuer les recherches qu’il souhaite et de se les réapproprier. Nous fournissons aujourd’hui ces informations de contexte dans l’espoir qu’elles permettront de comprendre le document et d’éviter toute confusion ou tout amalgame. 

Si nous pouvons comprendre que ces illustrations aient suscité l’incompréhension, nous restons consternées face à la quantité d’articles associant le collectif Archives des luttes des femmes en Algérie, ainsi que les noms des auteurs Buhran Karkoutly, Ali Al Naji et la revue Présence de femmes, à des accusations infondées et diffamatoires pour « antisémitisme ». Il est nécessaire que l’amalgame entre la critique de l’occupation israélienne et l’antisémitisme concernant les illustrations de la revue Présence de femmes de 1988 cesse. Par ailleurs, nous constatons qu’aucun des médias impliqués dans cette campagne ne s’est penché sur le travail de recherches que nous, Archives des luttes des femmes en Algérie, menons depuis plus de trois ans, ni à la démarche de notre collectif ou à l’histoire que nous entendons visibiliser. Cette façon de faire risque non seulement de causer du tort à notre initiative et à notre travail, mais nous met personnellement en danger dans un contexte où plusieurs artistes et collectifs participants à la documenta ont été attaqués et menacés (voir notre statement collectif « Censorship Must Be Refused: Letter from lumbung community » diffusé le 27 juillet 2022). Nous condamnons fermement ces agissements irresponsables et cette course au sensationnel. 

Nous sommes malgré tout heureuses de participer à cette édition exceptionnelle de documenta et sommes ici pour  l’intention de le faire jusqu’au bout. Nous tenons à exprimer notre soutien à ruangrupa et à saluer leur travail dans le cadre de cette 15e édition de la documenta. Nous remercions également les artistes et les collectifs pour leur solidarité et tenons à réitérer notre présence à leurs côtés. 

Archives des luttes des femmes en Algérie, Août 2022.



Citer ce billet
archivefemdz (2022, 10 août). Statement / Déclaration. Archives des luttes des femmes en Algérie أرشيف نضالات النساء في الجزائر. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cko3

2 réponses sur “Statement / Déclaration”

  1. Dénoncer toute critique au colonialisme sioniste comme anti-semite est une constante depuis des décennies.

  2. Il est incroyable qu’il faille justifier la reprise d’une archive quand celle-ci est présentée en tant que telle. Il est aussi incroyable qu’en 2022 il faille expliquer que la lutte contre l’oppression est une lutte politique et que l’antisémitisme est une aberration raciste et que les deux ne sont absolument pas corrélées sauf par volonté d’entretenir un amalgame pour mieux enterrer toute velléité de résistance

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search